Bouddhisme

Jataka à propos d'un porteur stupide

Avec les mots: "Ne soyez pas en colère, ô roi de la terre!" Le professeur - il vivait à l’époque dans la forêt de Jeta - a commencé son histoire à propos du transporteur. Car, disent-ils, le transporteur était stupide et ignorant et ne savait rien des trésors inestimables - Bouddha, Dharma et Sangha - ne connaissait pas les vertus humaines, faisait ce qu’il errait, ne faisant confiance qu’à la cruauté et à la force.

Un soir, un moine de pays lointains vint transporter à travers le fleuve Achiravati et pensant: "Je dois contempler l'Éveillé!" - dit au transporteur: "Je dois traverser vers cette côte, profane, donne-moi un bateau!" - "Ce n'est pas le moment, vénérable", répondit le transporteur, "passons la nuit quelque part ici!" "Où suis-je censé passer la nuit ici, profane?" Objecta le moine, "transporte-moi!" Le transporteur était en colère et disait: "Allez, mon cher!" - mettre le vénérable Théra dans le bateau, mais délibérément conduit pas directement, mais en aval. Les vagues ont balayé le bateau et les vêtements du moine étaient mouillés et, quand ils sont allés à terre, il faisait déjà nuit. Par conséquent, après avoir atteint le monastère, le moine n’a pas été en mesure de voir l’Éveillé. Le lendemain matin seulement, lorsque l'occasion se présenta, la Théra se présenta devant le Maître, le salua respectueusement et s'assit à distance. Le professeur a rencontré le moine de manière amicale et a demandé à son arrivée. «Hier» répondit-il. "Pourquoi es-tu venu me voir aujourd'hui?" demanda encore le Maître. Puis le moine a tout dit tel qu'il était. Après l'avoir écouté, Maître a dit: "Oui, mon frère, non seulement maintenant, mais même avant cela, le transporteur se distinguait par son arrogance. Il ne vous a ennuyé que par son arrogance hier, mais elle était fatiguée du sage il y a longtemps!" En entendant cela, le moine a commencé à interroger le Maître et, cédant à ses demandes, il a raconté une telle histoire sur le passé.

"Dans les temps anciens, lorsque le roi Brahmadatta régnait à Varanasi, le bodhisattva avait trouvé sa naissance dans la famille d'un brahmana. Après avoir grandi, il se rendit à Taksashila, où il apprit toutes les sciences, l'art et l'artisanat, mais renonça à la vanité et devint un ermit. Il vécut longtemps. dans l'Himalaya, il cueillait des fruits sauvages, il mangeait, mais assoiffé de sel et de vinaigre, il se rendit une fois à Varanasi, passa la nuit dans le jardin royal et se rendit à la ville matin pour l'aumône. Sentant la grâce émanant du bodhisattva, il commanda avec respect Je l’introduis dans les chambres intérieures et le nourris de gloire. Après avoir obtenu son consentement, il ordonna à l’ermite de s’installer dans le jardin royal, vint à lui tous les jours et le vénéra avec respect. Mais le Bodhisattva donna pour instruction à l’empereur: «Oh souverain! Le vrai maître doit gouverner son royaume avec soin, selon les lois du Dharma, rempli d'une patience sereine, d'une attitude amicale et de la compassion pour ses sujets, et ne pas suivre quatre voies injustes! "Et, exhortant le roi jour après jour, il récitait un tel poète à l'ermite:

"Ne te fâche pas, ô roi de la terre!
Ne vous fâchez pas, chef de char!
Le roi ne répond pas à la colère,
Révéré par tout le roi de la terre!

Au village, dans le bosquet, dans la vallée, dans les montagnes -
Suivez ce mot partout:
Ne vous fâchez pas, chef de char!
Suivez mes conseils partout! "

"Et chaque jour, le bodhisattva chantait de la sorte, instruisant le roi. Mais le roi, se réjouissant de tout son cœur, ordonna de récompenser le grand être, après avoir annulé sa possession, ce qui rapportait cent mille revenus, mais le bodhisattva n'accepta pas le don.

"Le bodhisattva a donc vécu dans le jardin royal pendant douze ans. Puis il a commencé à penser:" Je suis resté assis pendant un moment, maintenant je me promène, ramassant l'aumône le long des bords et me retournant ici. "Il ne pensa pas au roi. Je n’en ai pas parlé, seule la garde du jardin du tsar a dit: "Mon ami, je me suis ennuyé ici, je vais ramasser l’aumône dans des contrées lointaines, puis vous tournez et tournez, vous dites tout au roi!". Cela dit, le bodhisattva est parti. " Il est venu à l'endroit où il a été transporté à travers le Gange. Le transporteur là-bas avait une fille Avarya, parce qu'il s'appelait lui-même "père d'Avarya". Ce transporteur était stupide, ne savait pas ce qui était bon et ce qui était mauvais, ne savait pas ce qui était une découverte pour lui et ce qui était une perte. Premièrement, ceux qui ont besoin de transport seront transportés de l'autre côté de la rivière, et seulement après cela, ils demanderont des frais. Vous ne voulez pas payer - entre dans un problème; Il y a beaucoup de pokes et de jurons, mais ils ne servent à rien. C'est ce qu'un transporteur était stupide! Et Maître, ayant déjà atteint l'état d'éveil, chanta autour de lui tel gatha:

"Tout le monde s'appelle le père d'Avarya
Sur le Gange du transporteur,
Tout d'abord, les gens vont transporter
Puis il demande une taxe,
En réponse - seulement des abus, mais il n'y a pas de bonheur,
La chance ne va pas à lui! "

Le bodhisattva s'est tourné vers ce transporteur: "Transporte-moi, vénérable, de l'autre côté!" - "Et que donnerez-vous en paiement, saint homme?" le transporteur a demandé. "Moi, vénérable, je vais vous dire quelque chose qui augmentera votre joie, votre richesse et votre dharma!" Et entendant cela, le transporteur a décidé lui-même: "Oh, quelque chose va sûrement tomber pour moi!" Après avoir transporté le moine de l'autre côté, le transporteur a demandé: "Allez, paye!" "Maintenant, vénérable", répondit le moine en chantant un gatha qui apporte la joie de la chance dans les affaires:

"Toujours sur ce rivage
Demander le paiement, pas sur cela:
Après tout, celui qui est ici pense différemment
Et qui est transporté là-bas! "

Alors le porteur pensa: "Ceci, apparemment, est son enseignement pour moi, et maintenant il va donner autre chose!" Pendant ce temps, le bodhisattva a poursuivi: "Ce que vous avez entendu, mon ami, devrait vous apporter la joie de la chance dans les affaires et écoutez maintenant ce qui augmentera votre richesse et votre dharma!" - et, en disant cela, il a chanté la gatha suivante au transporteur:

"Dans un village, dans une forêt, dans des vallées, dans les montagnes -
Partout porteur
Suivez mes conseils:
Ne sois jamais fâché! "

Ainsi, le bodhisattva a chanté et, souhaitant contribuer à l’augmentation de la richesse et du dharma du porteur, l’a instruit: «Ce que vous avez entendu augmentera à la fois la richesse et votre dharma! Mais le transporteur déraisonnable ne comprit rien dans ce volume et demanda au Bodhisattva: "Et c’est tout, saint homme, que m’avez-vous donné pour payer le transport?!" - "Bien, oui, vénérable!" - répondit le moine. "Non, ça ne me sert à rien, donne-moi autre chose!" - "Rien de plus, très honorable, je n'ai pas!" - "Pourquoi, alors, es-tu entré dans mon bateau?!" le transporteur a crié, s'est jeté sur l'ermite, l'a jeté à terre, et là, sur les bords du Gange, assis sur sa poitrine, il s'est mis à battre sur les lèvres. Ici, les moines, dit le Maître, tout en enseignant au roi, l'ermite pour son instruction reçut une riche possession en récompense, tandis qu'il instruisait le transporteur, l'aveugle qui était déraisonnable, il ne l'avait que sur les lèvres! Par conséquent, frères, il est nécessaire d'instruire seulement les dignes et les indignes - ce n'est pas nécessaire! "Et, en disant cela, Maître - et il était déjà réveillé - chanta en passant une telle gatha:

"King, ayant reçu une leçon,
Le riche village donne
Un porteur sur les lèvres
Pressé de battre le mentor! "

Au moment où le transporteur a martelé l'ermite, sa femme est arrivée à terre et lui a apporté de la nourriture. Voyant ce que le transporteur faisait avec l'ermite, elle cria: "Mon seigneur! Arrêtez de battre l'ermite, car il est traité avec gentillesse par la famille royale!" En entendant cela, le transporteur devint encore plus furieux: "Ce n'est pas un ermite, un voyou, mais vous ne me laisserez pas lui donner une bonne leçon!" Avec ces mots, le transporteur a attaqué sa femme et l'a assommée d'un coup. Le plat de nourriture de la femme est tombé des mains et a éclaté en miettes, et elle, en cours de démolition, l’a jeté directement au sol. Les gens qui se trouvaient à proximité étaient entourés par eux et criaient: "Un voleur et un tueur!" - Ils ont saisi le transporteur, l'ont attaché et l'ont traîné jusqu'au roi pour qu'il soit jugé. Et le roi, ayant tout compris, le punit royalement. "Et Maître - il était déjà complètement réveillé - désireux d'expliquer au public le sens de ce qui s'était passé, il chanta cette gatha:

"Le riz est dispersé, la femme est dans le sang,
Un enfant se vautrer dans la poussière
Fou sans cervelle pour enseigner -
Corne le cerf à dorer! "

En terminant cet enseignement, l'Instructeur a révélé à chacun l'action des Quatre Nobles Vérités et, après les avoir comprises, le moine a obtenu le premier fruit en entrant dans le Flux. Le professeur, expliquant l’histoire et liant les renaissances, ajoute: "À ce moment-là, le transporteur était le même transporteur; le roi était Ananda, mais j’étais moi-même un ermite."

Traduction de B. A. Zakharyin.

retourner au CONTENU

Articles Populaires

Catégorie Bouddhisme, Article Suivant

Sutra sur les enseignements de Bouddha secouant la terre
Bouddhisme

Sutra sur les enseignements de Bouddha secouant la terre

Lorsque Bouddha Shakyamouni a tourné la roue du dharma pour la première fois, il a converti le vénérable Ajnanta Kaundilla. La dernière fois qu'il a prêché le Dharma, il a converti le vénérable Subhadra. Tous ceux qu'il était censé convertir étaient déjà convertis. Il gisait parmi les arbres doubles de Sala et s'apprêtait à entrer dans le nirvana. A cette heure, à minuit, tout était calme, sans aucun son. Puis, dans l’intérêt de tous ses disciples, il a commencé à prêcher l’essence du Dharma.
Lire La Suite